Lettre de Yolly secrétaire d’ACIM Asia au Dr Dickès

Philippines : Après le typhon

J’étais sur l‘île de Samar la semaine dernière et suis passée dans les zones touchées par le typhon Hagupit (Ruby), plus particulièrement les villes de la côte orientale. C’était un spectacle affligeant. Apparemment, la plupart des habitants de ces lieux étaient déjà très pauvres avant le typhon. Ils en sont désormais ramenés à une situation bien pire encore.

Les pauvres maisons s’étalaient à perte de vue sur des kilomètres dans un encombrement inextricable tel que nous ne pouvions pas avancer avec de façon assurée pour apporter quelques secours de première nécessité à plusieurs centaines de familles. Il nous a donc fallu choisir une communauté établie à l’écart des autres de manière à pouvoir fournir des biens d’urgence dans de bonnes conditions. Finalement nous avons décidé d’aider la population de San Mateo, quartier de la ville de Borongan visité par Rosmar et Erika en décembre.

Lire la suite : Lettre de Yolly secrétaire d’ACIM Asia au Dr Dickès

CSR N°117 | Du secret médical au respect du malade

Jadis l'essentiel des règles régissant les relations entre les médecins et leurs patients était résumées par le fameux serment d'Hippocrate. La modification des liens entre les malades et les soigants, l'intrusion de la technique, la diffusion des informations médicales par les médias, ont nécessité un approfondissement et une réécriture de ces règles. C'est le nouveau code de déontologie qui a le mérite de préciser un certain nombre de situations. Ces mises à jour ont pour but de protéger les patients dans la mesure où malheureusement les rapports entre les hommes ont profondément changé depuis un demi-siècle; notamment en créant les droits nouveaux qui par le passé allaient de soi car se référant à la morale naturelle. C'était le cas du secret médical et tout ce qui se réfère au respect dû à ceux qui souffrent.

Bon, Joyeux et Saint Noël à vous tous et à votre famille

L'assocation catholique des infirmières et médecins vous souhaite un Bon, Joyeux et Saint Noël !

Euthanasie ou Sédation terminale ?

Il semble qu’actuellement le gouvernement s’orienterait vers un rejet de l’euthanasie mais accepterait une autre solution qui serait la « sédation terminale ». Il argue rendre aux malades rendre la possibilité de reprendre en main leur destin. Comme si les médecins étaient des gens sans cœur n’ayant cure dess souffrances de leurs patients. L’euthanasie active consiste à faire une injection mortelle – en général du chlorure de potassium- comme on le fait pour les condamnés à mort en Amérique et a procédé en série le Dr Bonnemaison. L’euthanasie passive apparaîtrait comme plus « douce » ; ce qui n’est pas prouvé car de plus en plus il s’avère que des personnes considérées comme inconscientes et en fin de vie ont une activité cérébrale plus ou moins résiduelle : c’est le fameux livre Une larme m’a sauvée. Il faut donc proscrire et bannir les termes d’euthanasie « active » ou « passive ». L’idée commune est de mettre fin à la vie d’un de ses contemporains. C’est une mise à mort dans les deux cas.

Contrairement à ce que certains idéologues affirment,

Lire la suite : Euthanasie ou Sédation terminale ?

Aux Philippines, le drame du typhon commence demain

Communiqué du Dr Jean-Pierre Dickès, le 15 décembre 2014

Le 6 décembre dans la nuit le typhon Hagupit frappait les Philippines. À la différence du typhon Hayan de l’année dernière, le gouvernement mit en garde de manière énergique la population et même organisa plus ou moins des zones d’évacuation. La violence prévue de la tornade était bien supérieure, avec des vents attendus à plus de 300 km/heure, ce qui était inconnu à ce jour en Asie du Sud-Ouest.

Hagupit devait frapper principalement Tacloban sur la côte ouest de l’île de Leyte. La ville martyre où la mission Rosa Mystica a été organisée l’an dernier et pour février 2015. De plus AcimAsia a laissé une équipe chargée d’y continuer les soins ; elletravaille dans la chapelle St Joseph détruite l’an dernier et reconstruite par Rosa Mystica au décours de Hayan. Àce jour elle bénéficie du concours d’une femme médecin nommée Marie Flanagan. Une autre équipe menait une autre mission à Bato sur la côte est, elle-même très bien protégée des vents. Une troisième s’était dirigée vers l’île de Samar reliée à Leyte par un gigantesque viaduc long de 2 km et demi, serpentant entre les îlots à partir de Tacloban.

Lire la suite : Aux Philippines, le drame du typhon commence demain

Bulletin d'information ACIM ASIA

Courrier de Yolly Gamutan, secrétaire de l'Acim Asia

Courrier reçu le 13 décembre

Cher Docteur

Merci beaucoup pour votre sollicitude pour les pauvres. Nous apprécions sincèrement votre soutien et celui de tous les Français qui s’intéressent aux victimes de Samar lesquelles, avant le typhon, étaient inconnues du monde, menant une vie humble avec des objectifs simples : mettre de la nourriture sur la table et envoyer les enfants à l’école.

Hier et tôt ce matin, Rosmar et Erika étaient à Borongan, la plus touchée des villes de Samar. Ils ont noté que les villages étaient en partie submergés par la boue. Les quelques maisons qui ont résisté à la tempête ont dû être extraites de la boue. Peu de pauvres peuvant s’offrir une pelle, il faudra du temps avant qu’ils puissent rendre leurs habitations habitables

Rosmar et Erika se sont renseignés auprès de la population et ont essayé de voir où installer un camp de mission dans le village de San Mateo, dernier village accessible par le car. Plus loin, en montant, San Andres plus difficile à atteindre. C’est un hélicoptère qui, par largage, a fourni les denrées alimentaires après le passage du typhon.

Lire la suite : Courrier de Yolly Gamutan, secrétaire de l'Acim Asia

Nouvelles du Typhon Hagupit

par Yolly Gamutan

Secrétaire de l’Association Catholique des Infirmières et Médecins en Asie

Yolly a envoyé toutes les trois heures des informations sur le typhon. Celui-ci devait à l’origine frapper toute l’île de Leyte et spécialement Tacloban où nous avons une chapelle qui sert de dispensaire médical. Celui-ci a été installé l’an dernier à la suite du typhon Hayan qui a détruit la quasi-totalité de la ville. La reconstruction avait été très fragmentaire. Tout était à craindre pour notre équipe qui elle-même avait décidé de mener une mission plus au sud à Bato, là où l’an dernier un camp de replis avait été installé pour les réfugiés. Mais cette ville était elle-même menacée. Il ne restait plus qu’à prier : ce fut pendant 36 heures sans arrêt, nuit compris.

Le typhon Hagupit (appelé ici Ruby) arriva à Tacloban. La ville fut inondée et des arbres arrachés des toits s’envolèrent. Il en fut de même plus au Nord.

L’île de Leyte est reliée à une autre île du nom de Samar par un gigantesque et impressionnant viaduc métallique qui serpente entre deux îlots. C’est sur Samar que s’est fixé l’œil du typhon pour ensuite se diriger vers l’Est, c’est-à-dire vers Manille. La ville de Dolores sera en partie détruite. Le nombre de morts estimé à au moins 21 a été très faible par rapport à Hayan dans la mesure où le gouvernement avait demandé aux gens de quitter le côté. Ce pour quoi l’intérêt des médias s’est rapidement détourné vers d’autres sujets.

Lire la suite : Nouvelles du Typhon Hagupit