CSR N°94 | Quelle Médecine Pour Demain ?

La médecine a plus évolué en soixante ans que depuis le temps d’Hippocrate. Elle s’est spécialisée à outrance. Considérée comme un art depuis toujours, elle est devenue une technique de plus en plus anonyme et dépersonnalisée.

L’homme est considéré désormais le plus souvent comme une simple machine que l’on répare et qu’un jour il faut envoyer à la casse comme une vieille voiture hors d’usage.

La vie en tant que telle ne se définit plus que par son efficacité économique ; sorte d’objet dont on peut se débarrasser. D’où les dérives que sont l’avortement et l’euthanasie.

La médecine ne s’occupe plus que des corps, et se désintéresse des âmes. Ainsi elle perd la nature de sa vocation. La médecine devrait s’occuper de la vie en tant que don de Dieu. Mais quand on a perdu le sens de la vie, on a perdu le sens des choses elles-mêmes.

C’est ce que nous vivons actuellement par la crise économique et « sociétale » que nous connaissons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.