Peine de mort pour les innocents

...En clair cela signifie que désormais qu¹il est autorisé de prélever des organes sur des gens qui sont encore vivants...

Une nouvelle est passée complètement inaperçue durant l¹été et vient d¹être publiée par Genethique.org.

Le 7 août est paru au Journal Officiel un décret autorisant à prélever désormais des reins et des foies sur des personnes " décédées présentant un arrêt cardiaque et respiratoire persistant ". Passons d¹abord sur le fait que le mot de " persistant " est très vague. Une heure ? une journée, une semaine, un mois ou plus ?

Mais surtout une telle rédaction suppose qu¹en pratique, il est désormais possible de prélever des organes sur des personnes qui ont encore une activité cérébrale. La mort se définit précisément par la disparition de l'activité cérébrale vérifiée par électroencéphalogramme et en cas de doute par artériographie voire par IRM.

S¹il y a encore une activité cérébrale, la personne en réanimation ne peut être considérée comme morte. Il n¹est donc pas possible de parler de personne " décédées présentant un arrêt cardiaque et respiratoire " tout en gardant une activité cérébrale.

En clair cela signifie que désormais qu¹il est autorisé de prélever des organes sur des gens qui sont encore vivants, c'est-à-dire de les tuer pour essayer d'améliorer la vie d¹autres personnes.