Mission 2016 : #4 Dix années d’apostolat

L’épanouissement spirituel et temporel de la mission Rosa Mystica diligentée par l’Association Catholique des Infirmières et médecins depuis dix ans s’est fait sur des bases qu’il est difficile de comprendre en France. À la différence des Français, les Philippins estiment que rien ne leur est dû. Ils ne raisonnent pas à la recherche perpétuelle de droits. Il en résulte que tout ce qui est fait pour les aider est ressenti comme un cadeau, a fortiori venant de gens venant de l’autre bout du monde pour les soigner. Leur vie est faite de petits bonheurs simples. En revanche une corruption endémique existe à des niveaux plus élevés. Les habitants de ce pays sont simples, gentils et reconnaissants. Même si face à de terribles cancers nous ne pouvons rien faire pour eux, ils vous diront Salamat (Merci !).

Pourquoi bâtir une église en cet endroit ? Tout simplement parce qu’à General Santos, 20 % de la population est musulmane. Mais c’est un peu comme en France : les autorités essayent de concilier cette fraction de la population très revendicatrice avec le terrorisme qui est lié. Ainsi elles ont laissé bâtir une mosquée en plein au milieu de la plage. De plus l’armée traque en permanence des djihadistes qui veulent installer le bangsamoro, le grand califat de l’Asie. Face à cela les catholiques philippins se sentent délaissés et éprouvent le besoin d’approfondir la foi qui les réconfortera. Pour l’équipe d’AcimAsia, cela commence par apprendre aux enfants à faire le signe de Croix et la récitation du Notre Père et du Je vous salue Marie. Tel est le travail des catéchistes depuis dix ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.